CAN stade

Temps de lecture : 2 minutes


La CAN, vraiment une valeur sûre pour le pays organisateur ?

Temps de lecture : 2 minutes

Catégorie Afrique , Gros plan

Temps de lecture : 2 minutes

Après plusieurs reports, le Cameroun organisera la CAN du 9 janvier au 6 février prochain. Pour le pays, ce tournoi lui offre aussi une visibilité sur le plan international. En revanche, sur le plan économique, les effets peuvent être limités, surtout dans le contexte du covid. Après deux ans de crise du coronavirus, les chefs d’entreprises camerounais espèrent entrevoir une lueur au bout du tunnel avec la CAN.

Temps de lecture : 2 minutes

Les supporters sénégalais, égyptiens et marocains ont retenu leur souffle jusqu’au coup de sifflet final du match de Premier League entre Chelsea et Liverpool. Le résultat du match leur importait peu. En revanche, Sadio Mané, Edouard Mendy, Mohamed Salah… pièces maîtresses de leurs équipes nationales jouaient gros à une semaine de l’ouverture de la Coupe d’Afrique des Nations.



Prévue initialement en 2021, la compétition a été reportée en 2022 en raison de la pandémie. Cette dernière restera une menace durant les quatre semaines de compétition. Au bout, le vainqueur repartira avec le trophée mais aussi un chèque de plusieurs millions de dollars. Tenant du titre, l’Algérie avait remporté la somme de 4,5 millions de dollars.



En revanche, pour le pays organisateur, ce n’est pas toujours la garantie d’une bonne affaire. C’est encore plus le cas dans le contexte de la pandémie du coronavirus, les mesures restrictives pouvant limiter les retombées économiques de l’organisation d’un tel évènement. Les entreprises locales comptent sur l’afflux des supporters pour booster leur activité, or, les restrictions sur la mobilité imposées par certains pays vont limiter les déplacements de supporters.



Et puis, dans un pays dans lequel les infrastructures de base restent à développer, les investissements colossaux engagés dans l’organisation de la CAN soulèvent des critiques. Des sources non officielles les évaluent à 4,5 milliard d’euros. « L’effet macroéconomique de la CAN est limité. Les stades sont des investissements de prestige mais n’ont pas un impact structurant sur la vie des populations« , estime l’économiste Dieudonné Essomba, cité par l’AFP. Narcisse Mouelle Koumbi, ministre des Sports et président du Comité d’organisation de la CAN lui, a une analyse différente. « La CAN apparaît comme une activité de souveraineté, de rayonnement international et de prestige de l’État camerounais. Elle induit aussi une formidable opportunité pour l’aménagement du territoire, en termes d’infrastructures sportives, routières, hospitalières.« 



Après plusieurs reports et deux ans de crise du coronavirus, les chefs d’entreprises camerounais espèrent entrevoir une lueur au bout du tunnel avec la CAN.



Recommandé pour vous

Le Maroc, l’Algérie et la Tunisie se disputent l’accueil de l’Agence africaine des médicaments

Temps de lecture : 3 minutes

La détermination de l’accueil du siège permanent de l’Agence africaine des médicaments (AMA) devrait être tranchée lors du prochain sommet de …

Crise climatique : l’Afrique pourrait lutter contre le réchauffement de la planète

Temps de lecture : 4 minutes

Bien qu’elle ait enregistré les émissions par habitant les plus faibles de toutes les régions du monde depuis 1960, l’Afrique subit une augmen…

Sécurité alimentaire : la mobilisation se renforce

Temps de lecture : 2 minutes

À la veille des assemblées générales de la Banque africaine de développement (BAD) à Accra (23-27 mai), le conseil d’administration de la Banq…

Guerre en Ukraine : le conflit pourrait accélérer les fractures ou renforcer la cohésion africaine

Temps de lecture : 3 minutes

L’inflation est désormais plus que palpable dans les économies africaines. Elle s’est accélérée à 5,3% en mars sur un an au Maroc. Dans la zon…

Marché du travail : la succession des chocs creuse les inégalités

Temps de lecture : 2 minutes

Malgré le retour de l’inflation, le marché du travail reste très dynamique dans les économies développées. Les États-Unis sont quasiment au p…

Dépenses militaires : les Africains à la traîne

Temps de lecture : 2 minutes

Les dépenses exceptionnelles occasionnées par la crise du coronavirus et les arbitrages pour y faire face n’ont pas freiné la course à l&rsquo…

Dette africaine : les alertes se multiplient

Temps de lecture : 2 minutes

Les gouvernements africains ont emprunté en masse pour financer la riposte contre le covid-19 et l…

Afrique subsaharienne : une croissance sous tension

Temps de lecture : 2 minutes

La succession des chocs, le covid puis maintenant la guerre en Ukraine maintiendra la croissance en Afrique subsaharienne en dessous de son ni…

La croissance et le marché du travail sous la pression d’une inflation trop forte

Temps de lecture : 3 minutes

En théorie, une hausse de l’inflation reflétant une croissance robuste de la demande et de l’activité économique, devrait à priori stimuler le…

En Afrique, Bolloré change de trajectoire

Temps de lecture : 2 minutes

En discussions exclusives avec le géant italo-suisse MSC pour la cession de son activité de transport et logistique en Afrique, le groupe Boll…

Guerre en Ukraine : la menace d’une crise alimentaire se renforce

Temps de lecture : 2 minutes

Plus d’un mois après le début de l’invasion russe en Ukraine, l’issue du conflit reste encore très incertaine. Si les prix de l’énergie fluctu…

Eau/Agriculture : destins liés

Temps de lecture : 2 minutes

La gestion de l’eau en Afrique sera clé pour l’avenir. D’ici 2030, près de 120 millions Africains seront exposés à des sécheresses, inondation…