Infrastructures afrique

Temps de lecture : 2 minutes


Financement des infrastructures : l’amont, un maillon essentiel négligé

Temps de lecture : 2 minutes

Catégorie Afrique , Gros plan

Temps de lecture : 2 minutes

En 2018, pour la première fois, les investissements en infrastructures ont dépassé 100 milliards de dollars. Les conséquences de la crise du coronavirus sur les finances publiques font craindre un ralentissement des investissements, les États étant les principaux bailleurs. Il y a donc urgence à renforcer les financements privés. Pour cela des efforts conséquents doivent être fournis dans le montage des projets d’infrastructures. Il faudra plus d’investissement en amont pour « dérisquer » les projets et leur permettre de se déployer. Seulement 10% des projets atteignent le stade du financement du fait du manque de ressources allouées à la préparation des projets pour les rendre « bancables ».

Temps de lecture : 2 minutes

Face à la pandémie du coronavirus, les États africains ont adopté différentes stratégies pour riposter. Cependant, l’impact sur les finances publiques semble un peu partout le même. Le resserrement des marges budgétaires accentué par les plans de relance fait craindre un ralentissement de l’effort d’investissement. Le plus gros est encore supporté par les fonds publics compte tenu des besoins en infrastructures de base. La pénurie d’électricité ferait perdre 2 à 4 points de croissance par an à l’Afrique selon la Banque mondiale. Les exigences de la zone de libre-échange africaine (ZLECAF) vont aussi nécessiter d’accélérer les investissements en matière de connectivité notamment. 



 



Des investissement records mais insuffisants



Avant le déclenchement de la pandémie, les investissements ont dépassé, pour la première fois, les 100 milliards de dollars en 2018. Ils sont en hausse de 33% par rapport aux trois années précédentes, selon un rapport de Casablanca Finance City (CFC Africa Insight : Développer les infrastructures en Afrique en période de défi). Mais, le financement reste un défi. Le manque est estimé à plus de 100 milliards de dollars par an. Derrière les États africains, la Chine s’impose comme l’un des principaux bailleurs de fonds. Pourtant, les pratiques du géant asiatique sont de plus en plus contestées. Les investisseurs privés jouent également un rôle important, mais leur apport doit être renforcé. La bonne nouvelle est que les investissements privés dans les infrastructures africaines ont augmenté en 2020, grâce à l’appui des Institutions de Financement du Développement, signale le rapport de CFC.



 



Investir dans la phase de développement



Pour renforcer la part de cette source dans le financement des infrastructures, des efforts conséquents doivent être fournis dans le montage des projets d’infrastructures. Seulement 10% des projets atteignent le stade du financement du fait du manque de ressources allouées à la préparation des projets pour les rendre « bancables », relèvent les experts. Des structures comme Africa 50 ou encore InfraCo Africa interviennent en amont mais, de façon globale, l’engagement dans la phase de développement est insuffisant. L’investissement dans la phase développement peut représenter entre 5 à 10% du coût d’un projet.



Recommandé pour vous

Le Maroc, l’Algérie et la Tunisie se disputent l’accueil de l’Agence africaine des médicaments

Temps de lecture : 3 minutes

La détermination de l’accueil du siège permanent de l’Agence africaine des médicaments (AMA) devrait être tranchée lors du prochain sommet de …

Crise climatique : l’Afrique pourrait lutter contre le réchauffement de la planète

Temps de lecture : 4 minutes

Bien qu’elle ait enregistré les émissions par habitant les plus faibles de toutes les régions du monde depuis 1960, l’Afrique subit une augmen…

Sécurité alimentaire : la mobilisation se renforce

Temps de lecture : 2 minutes

À la veille des assemblées générales de la Banque africaine de développement (BAD) à Accra (23-27 mai), le conseil d’administration de la Banq…

Guerre en Ukraine : le conflit pourrait accélérer les fractures ou renforcer la cohésion africaine

Temps de lecture : 3 minutes

L’inflation est désormais plus que palpable dans les économies africaines. Elle s’est accélérée à 5,3% en mars sur un an au Maroc. Dans la zon…

Marché du travail : la succession des chocs creuse les inégalités

Temps de lecture : 2 minutes

Malgré le retour de l’inflation, le marché du travail reste très dynamique dans les économies développées. Les États-Unis sont quasiment au p…

Dépenses militaires : les Africains à la traîne

Temps de lecture : 2 minutes

Les dépenses exceptionnelles occasionnées par la crise du coronavirus et les arbitrages pour y faire face n’ont pas freiné la course à l&rsquo…

Dette africaine : les alertes se multiplient

Temps de lecture : 2 minutes

Les gouvernements africains ont emprunté en masse pour financer la riposte contre le covid-19 et l…

Afrique subsaharienne : une croissance sous tension

Temps de lecture : 2 minutes

La succession des chocs, le covid puis maintenant la guerre en Ukraine maintiendra la croissance en Afrique subsaharienne en dessous de son ni…

La croissance et le marché du travail sous la pression d’une inflation trop forte

Temps de lecture : 3 minutes

En théorie, une hausse de l’inflation reflétant une croissance robuste de la demande et de l’activité économique, devrait à priori stimuler le…

En Afrique, Bolloré change de trajectoire

Temps de lecture : 2 minutes

En discussions exclusives avec le géant italo-suisse MSC pour la cession de son activité de transport et logistique en Afrique, le groupe Boll…

Guerre en Ukraine : la menace d’une crise alimentaire se renforce

Temps de lecture : 2 minutes

Plus d’un mois après le début de l’invasion russe en Ukraine, l’issue du conflit reste encore très incertaine. Si les prix de l’énergie fluctu…

Eau/Agriculture : destins liés

Temps de lecture : 2 minutes

La gestion de l’eau en Afrique sera clé pour l’avenir. D’ici 2030, près de 120 millions Africains seront exposés à des sécheresses, inondation…