Temps de lecture : 5 minutes


Omicron : les Marocains bloqués à l’étranger en état de détresse

Temps de lecture : 5 minutes

Catégorie Société , Gros plan

Temps de lecture : 5 minutes

Le gouvernement a décidé de suspendre dès le 23 décembre prochain l’opération de rapatriement des Marocains bloqués à l’étranger. Une décision qui intervient dans l’objectif de «préserver les acquis de la gestion de la pandémie et de maintenir la vigilance». Dans le même temps, les Marocains bloqués en Turquie, aux Émirats arabes unis et au Portugal bénéficie de vols retour mais continuent de souffrir. Ils déplorent une hausse des billets d’avion et sont contraints d’attendre dans le froid qu’une main leur soit tendue. Détails.

Temps de lecture : 5 minutes

C’est une situation très pénible que vivent les Marocains bloqués en Turquie, Émirats et Portugal. Alors que le gouvernement avait décidé de rapatrier les milliers de Marocains qui sont restés bloqués dans ces pays après la fermeture des liaisons aériennes, l’Exécutif a changé d’avis après la découverte du premier cas de contamination au variant Omicron. Mustapha Baytass, porte-parole du gouvernement, a estimé que l’objectif est de «préserver les acquis de la gestion de la pandémie et de maintenir la vigilance». Pour lui, «ces décisions sont prises dans un contexte d’incertitude, dans lequel les données changent chaque jour».




Lire aussi : Omicron : panique mondiale et efficacité des vaccins en question




Afin d’accélérer le retour de ces Marocains bloqués dans ces pays, la Royal Air Maroc a autorisé plusieurs départs de Dubaï, Istanbul et Lisbonne vers 5 villes marocaines : Casablanca, Agadir, Fez, Marrakech et Tanger (voir les vols ci-dessous). Deux vols ont en provenance de Lisbonne le 20 et le 21 décembre ont été ajoutés ce vendredi.

 


Vols

 



Des prix d’avions qui flambent



Sur les réseaux sociaux, plusieurs Marocains bloqués dans ces trois pays cités dénoncent une hausse fulgurante des prix d’avions. «13.000 dirhams par personne, 55.000 dirhams pour une famille. Nous n’avons pas les moyens de rentrer au Maroc, ça nous revient moins cher de rester 1 mois ici à Dubai. Merci Royal Air Maroc de la part de mes enfants en bas âge», souligne un internaute sur Twitter.


Twitter

 



Contacté par nos soins, Noemane nous raconte la mésaventure qu’a vécue sa mère en Turquie : «Ma mère était partie pour un séjour de 10 jours à Istanbul. Après l’annonce de la fermeture des frontières, elle s’est rendue à plusieurs reprises au consulat du Maroc pour exprimer son mécontentement. En vain», souligne notre interlocuteur. Ce dernier a déclaré qu’une fois la situation débloquée et l’annonce de la reprise des vols vers le Maroc, la RAM lui a demandé un ajout de 2500 dirhams afin de pouvoir siéger dans l’avion. «Elle a réussi finalement à rentrer jeudi soir. Une fois arrivés, tous les voyageurs ont été dirigés vers des hôtels pour une quarantaine de 7 jours».



Cette hausse des prix d’avions est liée aux charges supportées par les compagnies aériennes sur les vols vides. En effet, ces dernières n’opèrent des vols que dans un seul sens, ce qui engendre des coûts à supporter (kérosène, charges de personnel..etc). Autre point à prendre en considération, le marché de l’offre et la demande auquel est soumis le marché du transport aérien. La demande est aujourd’hui beaucoup plus importante que l’offre, ce qui implique directement une hausse des prix d’avions.



 



Un deuxième cas d’Omicron détecté à Marrakech ?



Selon le site arabophone Hespress, un cas suspect de contamination au nouveau variant Omicron a été enregistré à Marrakech. La même source indique qu’il s’agirait d’une Marocaine arrivée ce vendredi après midi à l’aéroport de Marrakech Menara en provenance d’Istanbul. La personne a été transférée à l’hôpital Ibn Zohr de Marrakech afin de subir les examens médicaux nécessaires. De leur côté, les 78 passagers restants ont été mis en quarantaine pendant une semaine dans un hôtel de la ville. Rappelons que le premier cas de contamination au variant a été détecté chez une jeune femme de moins de 30 ans, mercredi dernier à Casablanca.




Lire aussi : Covid-19 : faut-il craindre le variant Omicron ?




Sur les réseaux sociaux, quelques rumeurs circulent sur un possible retour au couvre-feu nocturne de 21h à 05h du matin à partir de ce lundi 20 décembre courant. Mais pour l’heure, rien d’officiel.


Vague de froid : les habitants de certaines régions en difficulté

Vague de froid : les habitants de certaines régions en difficulté

Le Maroc fait face à une vague de froid intense qui touche plusieurs régions. La baisse des températures a un impact dévastateur sur les populations des zones reculées, où les rude…
Khalid Aït Taleb

Réforme de la santé : Aït Taleb rassure

Invité dimanche de l’émission "Décryptage" diffusée par la radio MFM, le ministre de la Santé et de la Protection sociale, Khalid Aït Taleb, a répondu en direct, deux heures durant…
Grippe saisonnière : le citoyen inquiet

Grippe saisonnière : le citoyen de plus en plus inquiet

La grippe saisonnière inquiète tout le monde autant que la Covid-19. À l’échelle nationale, plusieurs citoyens ont affirmé présenter des symptômes grippaux plus sévères que d’habit…
Concours du barreau : Ouahbi entre le marteau et l’enclume

Concours d’accès au barreau : Ouahbi entre le marteau et l’enclume

Après sa déclaration provocatrice, le ministre de la Justice, Abdellatif Ouahbi, a provoqué un tollé. L’acharnement médiatique contre lui a commencé lorsqu’il a répondu à un journa…
Forum de la MAP : Ouahbi s'explique sur la polémique du concours d’accès aux barreaux

Concours d’accès aux barreaux : les explications de Ouahbi

Le ministre de la Justice, Abdellatif Ouahbi, était, mardi 24 janvier, l'invité du Forum de la MAP, qui s’est tenu sous le thème "Code pénal : les enjeux de la réforme". Cette renc…
Grand froid : à la rescousse des zones enclavées

Grand froid : à la rescousse des zones enclavées

Sur instructions royales, la Fondation Mohammed V pour la solidarité a mis en place l’action solidaire "Grand Froid" dans les zones les plus touchées par la vague de froid inhabitu…
Le Maroc séduit toujours les retraités français

Le Maroc séduit toujours les retraités français

Même si la Grèce et le Portugal sont les nouvelles destinations favorites des Français à la recherche d'un supplément de qualité de vie, le Maroc conserve ses adeptes. Le Royaume a…
Stress hydrique : les dernières pluies sauveront elles la donne ?

Stress hydrique : les avantages et les inconvénients de la vague de froid

La sécheresse est l'un des principaux défis auxquels le Maroc est confronté. Ces derniers mois, la hausse des températures et la pénurie des précipitations, provoquées par le chang…