Nabila Mounib

Temps de lecture : 5 minutes


Les manifestations contre le pass vaccinal se poursuivent

Temps de lecture : 5 minutes

Catégorie Société , Gros plan

Temps de lecture : 5 minutes

Les protestations contre la décision gouvernementale d’imposer le pass vaccinal se poursuivent pour la deuxième semaine de suite. Ce dimanche, des manifestations ont eu lieu à Casablanca, Rabat, Tanger, Agadir, Oujda et Fès. Le point sur les tenants et les aboutissants de ces protestations avec Nabila Mounib, secrétaire générale du Parti socialiste unifié (PSU).

Temps de lecture : 5 minutes

« Non, au pass vaccinal », « Le peuple veut que le pass tombe », des slogans qui ont fortement résonné ce dimanche 31 octobre dans plusieurs villes du Royaume. Des centaines de citoyens (vaccinées ou pas) sont sortis notamment à Casablanca, Rabat, Tanger, Agadir, Oujda et Fès pour faire entendre leurs voix et dire non à la décision gouvernementale d’imposer le pass vaccinal pour accéder à des endroits publics.





Ces protestations ont été diffusées en masse sur les réseaux sociaux faisant réagir plusieurs personnalités et influenceurs. Dans une vidéo sur son compte Instagram, Mustapha Swinga a dénoncé le caractère obligatoire du pass vaccinal. «Cela donne le sentiment aux non-vaccinés d’être des étrangers dans leur propre pays, tout cela parce qu’ils ont refusé de se faire vacciner. La vaccination n’est pas obligatoire, mais le pass vaccinal l’est, le vaccin est donc rendu insidieusement obligatoire», souligne l’influenceur dont son profil Instagram qui compte plus d’un million d’abonnés.



L’influenceur propose des alternatives pour les personnes qui ne souhaitent pas se faire vacciner. «Il est difficile d’imposer à quelqu’un d’injecter un produit qu’il redoute. Dans d’autres pays, ils ont proposé des solutions alternatives tels que le test PCR. Aujourd’hui et à titre d’exemple, tu ne peux pas priver un étudiant d’aller passer un concours à l’étranger, le priver de cet événement important pour sa carrière professionnelle juste parce qu’il n’a pas de pass vaccinal», dit-il.





 



Mustapha Swinga n’est pas le seul à livrer ce coup de gueule. Contacté par nos soins, Nabila Mounib, secrétaire générale du Parti socialiste unifié (PSU), a révélé sa position quant à cette question.



«Cette décision a été prise sans concertation et débat démocratique. Le fondement juridique n’est pas solide. Ces manifestations doivent interpeller les responsables pour qu’ils puissent revoir cette décision qui va à l’encontre non seulement des libertés des citoyens, mais aussi de tout ce qui a été promis notamment pour la relance de l’économie du pays», souligne Nabila Mounib.




Lire aussi : Le pass vaccinal fait toujours réagir




Notre intervenante note que les Marocains ont toujours su manifester de manière pacifique pour alerter sur ce qui ne va pas. «Aujourd’hui, la situation est alarmante concernant le chômage et la hausse des prix et on vient imposer ce pass vaccinal. En plus de cela, les gens ne comprennent pas le timing de cette obligation alors que la vaccination dans notre pays est très avancée par rapport à beaucoup d’autres pays» dit-elle.



 



«On ne doit pas faire du suivisme aveugle»



Interrogée sur les solutions alternatives au pass vaccinal, Nabila Mounib souligne qu’il est impossible de demander à chaque fois le test PCR pour deux raisons : la première est que «c’est cher et que les gens n’ont pas les moyens» et le second c’est qu’il ne livre pas un diagnostic clair et précis sur la contamination d’une personne. «À mon avis, il faut continuer de respecter toutes les mesures préventives, préparer les hôpitaux… etc. et en parallèle réfléchir ensemble avec les scientifiques à une autre solution».




Lire aussi : Pass vaccinal, immunité collective, réforme de la Santé… les précisions d’Aït Taleb




Nabila Mounib conclut en disant que ce n’est pas parce que le pass vaccinal a été instauré par d’autres pays, que l’on doit faire du «suivisme aveugle». «L’imposition du pass vaccinal n’a pas lieu d’être. Les libertés des gens doivent être respectées, notamment celles qui concernent la vaccination. Cela est important pour l’intérêt de notre pays, de notre économie et pour la préservation de la paix sociale. Le développement d’un pays ne peut pas se faire sans cohésion, on ne se développe pas si les gens ne sont pas contents, s’ils ont peur et voient que leurs libertés sont bafouées», note Nabila Mounib.



Rappelons que la parlementaire est interdite d’accès au Parlement, car elle ne dispose pas de pass vaccinal. «J’ai présenté à deux reprises des tests PCR qui justifient que je ne suis pas porteuse du virus et que je ne constitue aucun danger pour autrui, mais ils ne l’ont pas accepté», se désole la secrétaire générale du PSU. Mounib va-t-elle pouvoir finalement pratiquer ses fonctions en tant qu’élue de la nation ? Affaire à suivre. 



Recommandé pour vous

Apprentissage et développement humain : les chiffres inquiètent

Temps de lecture : 5 minutes

Bien que l’apprentissage soit la clé du développement humain, le Maroc a encore du mal à s&rs…

Statut des enseignants-chercheurs : une réunion attendue avec le chef du gouvernement

Temps de lecture : 4 minutes

Les enseignants-chercheurs ne sont pas encore parvenus à un accord définitif sur la nouvelle …

Pénurie d’eau : il est temps d’agir !

Temps de lecture : 4 minutes

Le stress hydrique touche plusieurs régions du monde, dont le Maroc. Cette crise est due à pl…

CCME : 95% des jeunes marocains résidant en Europe visitent le Maroc

Temps de lecture : 4 minutes

C’est un sondage qui vient confirmer l’attachement inébranlable que vouent les jeunes ressort…

Avortement : retour sur les détails du décès de Meriem à Midelt

Temps de lecture : 4 minutes

Le débat sur l’avortement revient une nouvelle fois sur la scène nationale. La commune de Bou…

Les cas de divorce montent en flèche au Maroc

Temps de lecture : 5 minutes

Les chiffres liés au divorce ne cessent de proliférer au Maroc. Un …

Dialogue social : ce qu’il faut retenir de la réunion du lancement du 2ᵉ round

Temps de lecture : 4 minutes

Le dialogue social, lancé ce 14 septembre, a porté sur la révision du régime de l’impôt sur l…

Dialogue social : les attentes du deuxième round

Temps de lecture : 5 minutes

Le 2ᵉ round du dialogue social a démarré ce 14 septembre. Aziz Akhannouch, chef du gouverneme…

Pénurie de médicaments : état des lieux, causes et solutions

Temps de lecture : 5 minutes

Le ministère de la Santé et de la Protection sociale se mobilise pour faire face aux ruptures…

CESE : plus de 81% des Marocains en faveur du télétravail

Temps de lecture : 5 minutes

C’est un sondage qui met en exergue la perception et les avis des …

CNSS : les détails des nouvelles mesures prises par le conseil d’administration

Temps de lecture : 4 minutes

La généralisation de la protection sociale est un chantier important et un défi de taille pou…

IDH 2021 : le Maroc 123e sur 191 pays

Temps de lecture : 5 minutes

Le rapport sur le développement humain 2022 du Programme des Nations Unies pour le développem…