Aller au contenu principal

Ce qu'il faut retenir du conseil de BAM

Par Khansaa Bahra, Publié le 13/10/2021 à 16:36, mis à jour le 13/10/2021 à 17:30
         Temps de lecture 2 min.
Teaser Media
Bank Al Maghrib

Ce mercredi 13 octobre, le conseil de Bank Al-Maghrib (BAM) a tenu sa troisième session de l’année 2021. Lors de cette réunion, il a été décidé de maintenir le taux directeur à 1,5%. «Le Conseil a estimé que l’orientation de la politique monétaire reste largement accommodante, assurant des conditions de financement adéquates. Il a jugé en particulier que le niveau actuel du taux directeur demeure approprié et a décidé ainsi de le maintenir inchangé à 1,5%», indique BAM dans un communiqué.

À l’issue de cette réunion, consacrée à l’analyse de l’évolution de la conjoncture économique nationale, le conseil de la banque centrale a souligné qu’après une relative accélération à 1,6% en moyenne au deuxième trimestre de 2021 et à 2,2% en juillet, l’inflation est revenue à 0,8% en août en raison de la baisse des prix des produits alimentaires à prix volatils. Selon les prévisions de BAM, cet indice devrait ressortir à 1,2% sur l’ensemble de l’année 2021 et s’établir à 1,6% en 2022.

BAM prévoit un rebond de croissance de 6,2%, soutenu notamment «par les progrès notables de la campagne de vaccination, la très bonne campagne agricole, le stimulus budgétaire ainsi que l’orientation accommodante de la politique monétaire». Selon les projections de la banque, le PIB terminera l’année avec un rebond de 6,2% et la croissance se consoliderait à 3% en 2022.

S’agissant des conditions monétaires, le taux de change effectif réel devrait terminer l’année avec une augmentation de 0,4%. Ceci est dû à l’appréciation nominale du dirham et d’un niveau d’inflation nationale inférieur à celui des partenaires et concurrents. La progression du crédit bancaire au secteur non financier a connu un léger ralentissement à 3,3% au deuxième trimestre et devrait terminer cette année avec une hausse de 3,7% puis augmenter de 3,8% en 2022. Enfin, l’exécution budgétaire au terme des huit premiers mois de l’année fait ressortir un déficit de 48,8 milliards de DH (MMDH), en creusement de 2,2 milliards d’une année à l’autre.

Un potentiel de 1.030 nouveaux avions en Afrique d'ici 2040, selon Boeing

Boeing a présenté lors d’un point presse, organisé en mode virtuel le jeudi 21 octobre, ses perspectives du marché aéronautique commercial en Afrique. L’entreprise estime que d’ici 2040 les compagnies...

Un PLF 2022 mi-figue mi-raisin

Quel impact aura le projet de loi de Finances 2022 sur la classe moyenne ? L’économiste Mohamed Rah...

HCP : les ménages retrouvent peu à peu le moral

Le Haut-Commissariat au Plan (HCP) vient de publier les résultats d’une enquête de conjoncture qu’il a réalisée. Il en ressort que le moral des ménages marocains s’est amélioré au troisième trimestre ...

Évolution de l’activité monétique au Maroc

Les neuf premiers mois de 2021 ont été marqués par une reprise remarquable de l’activité monétique au Maroc. En comparaison avec la même période de l’année 2020, le volume global de l’activité a progr...

Perspectives économiques : l’inflation, le grain de sable dans la reprise

Le FMI a abaissé de 0,1 point sa prévision de croissance mondiale à 5,9%. La révision est certes mo...

2021 : la croissance au beau fixe

Le Maroc devra enregistrer l’un des taux de croissance les plus robustes de la région cette année, ...