Aller au contenu principal

Affaire Brahim Ghali : le gouvernement espagnol accusé de violation du Code frontière Schengen

Par Nora Jaafar, Publié le 13/10/2021 à 14:16, mis à jour le 13/10/2021 à 17:18
         Temps de lecture 2 min.
Teaser Media
Affaire Brahim Ghali : le gouvernement espagnol accusé de violation du Code frontière Schengen

Madrid fait encore face à des accusations et des critiques pour avoir permis au leader du groupe séparatiste, Brahim Ghali, d’être hospitalisé en Espagne puis de quitter le pays, alors qu’il faisait l’objet de plusieurs charges criminelles, notamment de génocide, de viol et d’enlèvement. Le juge du tribunal de Saragosse a de ce fait accusé le gouvernement d’avoir violé les dispositions du Code frontière Schengen, et ce, en ayant omis d’informer les autres États membres de l’Union européenne (UE) de sa décision d’autoriser Ghali à entrer sur son territoire. Il estime que c’est «une violation frontale» dudit Code. Notons que le code de Schengen concerne les frontières de tous les pays membres de l’UE. Il souligne qu’un visa valide est nécessaire pour franchir les frontières européennes, à moins que la personne ne soit titulaire d’un permis de séjour valide ou d’un visa de longue durée.

Lire aussi : Espagne : la plainte pour génocide visant Brahim Ghali a été classée sans suite

Le gouvernement espagnol, notamment par l’intermédiaire de l’ancienne ministre des Affaires étrangères Arancha Gonzalez Laya, a défendu à plusieurs reprises l’accueil de Ghali, affirmant qu’il ne s’agissait pas d’une infraction pénale. Cependant, selon le juge de Saragosse, aucune des règles de l’UE en matière de voyage n’a été respectée dans l’affaire du chef séparatiste, étant donné que la République arabe sahraouie démocratique (RASD) autoproclamée par le Polisario n’est reconnue par aucun des États de l’espace Schengen.

Lire aussi : Gonzalez Laya affirme que l’entrée de Brahim Ghali en Espagne était «légale»

De plus, le juge a également rejeté les appels à l’archivage du dossier de Brahim Ghali. Il a indiqué que les autorités doivent «informer les tribunaux compétents de la localisation de la personne faisant l’objet de l’enquête», tout en rappelant qu’à son arrivée en Espagne, Ghali faisait déjà l’objet de plusieurs plaintes pénales graves, notamment pour viol, torture et kidnapping, entre autres.

Par ailleurs, le juge du tribunal de Saragosse a également dénoncé la présentation par le chef du Polisario d’un faux nom pour entrer en Espagne, notamment celui de Mohamed Ben Batouch. «L’enregistrement en avril de cette année à l’hôpital de Logroño sous le nom de Mohamed Benbatouche sous le prétexte de préserver des données intimes sur sa santé, est une excuse qui offense les professionnels de la santé et de l’administration dudit hôpital, et l’indice de probabilités que les variations d’identité soient dues au hasard est réduit au minimum», a-t-il lancé.

Theresa May demande un report du Brexit jusqu'au 30 juin

La Première ministre Theresa May a demandé vendredi à l'Union européenne de différer le départ de la Grande-Bretagne du bloc, jusqu'au 30 juin. Prévu le 29 mars, le Brexit a déjà été repoussé au 12 a...

Le tireur des mosquées: Brenton Tarrant fera face à 50 chefs d'accusation de meurtre.

Le 15 mars, une cinquantaine de personnes ont été tuées et des dizaines d'autres blessées pendant qu'elles assistaient à la prière du vendredi, par un homme armé d'armes semi-automatiques. Brenton Tar...

Sahara: "une solution au conflit est possible" selon le Secrétaire général des Nations Unies

« Une solution au conflit du Sahara occidental est possible », a déclaré lundi Antonio Guterres, le Secrétaire général des Nations Unies, dans un rapport qui fait le point sur les deux cycles de pourp...

Nouvelle-Zélande: le durcissement de la loi sur les armes voté en première lecture

Après le carnage commis le mois dernier dans deux mosquées de Christchurch, le Parlement néo-zélandais a très largement approuvé mardi en première lecture un durcissement de la loi sur les armes. Au t...

Affaire Khashoggi : Les enfants du journaliste indemnisés par l’Arabie Saoudite

Selon le Washington Post, les quatre enfants du journaliste assassiné Jamal Khashoggi - deux fils et deux filles - ont reçu des maisons à Djeddah d'une valeur pouvant atteindre 4 millions de dollars ...

L'UE et l'ONU saluent l'appel du roi et du pape en faveur de Jérusalem

Ce samedi 30 mars, lors de la visite officielle du pape François au Maroc, le chef du Vatican s’est entretenu avec le roi Mohammed VI. Les deux souverains ont partagé et signé un appel conjoint pour l...