Aller au contenu principal

Affaire Brahim Ghali : le gouvernement espagnol accusé de violation du Code frontière Schengen

Par Nora Jaafar, Publié le 13/10/2021 à 14:16, mis à jour le 13/10/2021 à 17:18
         Temps de lecture 2 min.
Teaser Media
Affaire Brahim Ghali : le gouvernement espagnol accusé de violation du Code frontière Schengen

Madrid fait encore face à des accusations et des critiques pour avoir permis au leader du groupe séparatiste, Brahim Ghali, d’être hospitalisé en Espagne puis de quitter le pays, alors qu’il faisait l’objet de plusieurs charges criminelles, notamment de génocide, de viol et d’enlèvement. Le juge du tribunal de Saragosse a de ce fait accusé le gouvernement d’avoir violé les dispositions du Code frontière Schengen, et ce, en ayant omis d’informer les autres États membres de l’Union européenne (UE) de sa décision d’autoriser Ghali à entrer sur son territoire. Il estime que c’est «une violation frontale» dudit Code. Notons que le code de Schengen concerne les frontières de tous les pays membres de l’UE. Il souligne qu’un visa valide est nécessaire pour franchir les frontières européennes, à moins que la personne ne soit titulaire d’un permis de séjour valide ou d’un visa de longue durée.

Lire aussi : Espagne : la plainte pour génocide visant Brahim Ghali a été classée sans suite

Le gouvernement espagnol, notamment par l’intermédiaire de l’ancienne ministre des Affaires étrangères Arancha Gonzalez Laya, a défendu à plusieurs reprises l’accueil de Ghali, affirmant qu’il ne s’agissait pas d’une infraction pénale. Cependant, selon le juge de Saragosse, aucune des règles de l’UE en matière de voyage n’a été respectée dans l’affaire du chef séparatiste, étant donné que la République arabe sahraouie démocratique (RASD) autoproclamée par le Polisario n’est reconnue par aucun des États de l’espace Schengen.

Lire aussi : Gonzalez Laya affirme que l’entrée de Brahim Ghali en Espagne était «légale»

De plus, le juge a également rejeté les appels à l’archivage du dossier de Brahim Ghali. Il a indiqué que les autorités doivent «informer les tribunaux compétents de la localisation de la personne faisant l’objet de l’enquête», tout en rappelant qu’à son arrivée en Espagne, Ghali faisait déjà l’objet de plusieurs plaintes pénales graves, notamment pour viol, torture et kidnapping, entre autres.

Par ailleurs, le juge du tribunal de Saragosse a également dénoncé la présentation par le chef du Polisario d’un faux nom pour entrer en Espagne, notamment celui de Mohamed Ben Batouch. «L’enregistrement en avril de cette année à l’hôpital de Logroño sous le nom de Mohamed Benbatouche sous le prétexte de préserver des données intimes sur sa santé, est une excuse qui offense les professionnels de la santé et de l’administration dudit hôpital, et l’indice de probabilités que les variations d’identité soient dues au hasard est réduit au minimum», a-t-il lancé.

Mohammed Benchaâboun, nouveau ambassadeur du Maroc en France

Mohammed Benchaâboun, ancien ministre de l’Économie et des Finances du gouvernement Saad Dine El Otmani, vient d'être nommé Ambassadeur du Maroc en France. Cette information a été confirmée par un com...

Interrogations autour de la démission de Nabila Rmili

Coup de théâtre au ministère de la Santé et de la Protection sociale. Six jours après sa nomination...

Un ministre néerlandais affirme que Omar Radi n’est pas un espion pour son pays

Dans une lettre adressée à la Chambre basse néerlandaise, le ministre néerlandais des Affaires étrangères, Ben Knapen, a assuré que Omar Radi n’a pas espionné le Maroc pour les Pays-Bas. Le journalist...

Ministère de la Santé : Khalid Aït Taleb reprend les rênes du département

Ce jeudi 14 octobre, Nabila Rmili a été démise de ses fonctions de ministre de la Santé et de la Protection sociale, annonce un communiqué du Cabinet royal. La même source indique que Khaled Aït Taleb...

Comment expliquer et limiter la flambée des prix de l’énergie ?

Ces derniers temps, les prix des carburants, du gaz et de l’électricité ont explosé. Le phénomène est mondial et met à mal le budget des ménages et des entreprises. Les pays les plus dépendants du gaz...

Sahara : un dossier toujours aussi compliqué

Après la nomination du nouvel envoyé personnel du secrétaire général des Nations Unies pour le Saha...