Image d'illustration © Brahim Taougar

Temps de lecture : 8 minutes


Achoura : croyances, traditions et pétards

Temps de lecture : 8 minutes

Catégorie Société , Gros plan

Temps de lecture : 8 minutes

Achoura est un jour marquant pour l’ensemble des croyants. Il est célébré par les juifs, les musulmans sunnites et chiites, mais pour des raisons différentes. Au Maroc, cette fête, synonyme de tradition et de joie, est célébrée pour la deuxième année consécutive dans une conjoncture de crise sanitaire. Malgré la situation épidémiologique actuelle, les pétards et les feux d’artifice sont toujours disponibles dans les villes du Royaume.

Temps de lecture : 8 minutes

Le mois de Moharram 1443, le premier mois du calendrier islamique, a débuté le mardi 10 août 2021 au Maroc. Par conséquent, le jour de Achoura, qui correspond au dixième jour du premier mois de cette nouvelle année, tombe du 18 au 19 août de cette année. Il s’agit d’un jour où il est conseillé de jeûner. Cette fête, qui revêt une signification spirituelle et sociale indéniable, est perçue, depuis des siècles, comme celle de l’enfance. C’est aussi un jour de partage et de charité au cours duquel les enfants donnent libre cours à leur joie. La fête de Achoura a un sens profond pour les juifs et les musulmans. Pour l’ensemble des musulmans, ce jour est célébré par le jeûne et la prière, comme l’a fait le Prophète à Médine.



 



Achoura, une célébration religieuse pour les musulmans du monde entier



Les célébrations d’Achoura ont commencé lorsque le prophète Mohammed et ses disciples, une fois à Médine, ont découvert que la communauté juive jeûnait pour le Yom Kippour, le Jour des Propitiations ou le Jour des Expiations. Le prophète a ainsi demandé aux juifs pourquoi ils jeûnaient. Réponse : le but est de se souvenir du jour où Dieu a sauvé Moïse des Égyptiens. Ainsi le prophète a pensé qu’en tant que musulmans, ils devraient également faire de même, car Moïse est également un messager de l’islam. Il a donc déclaré que les musulmans devraient jeûner le 9e et le 10e jour du mois de Moharram. Cependant, puisque les musulmans et les juifs ne s’entendaient pas, Ramadan était le mois de jeûne des musulmans et Achoura était devenu une observance volontaire. Ainsi, le prophète a dit : «Allah remet les péchés d’une année passée à quiconque jeûne le jour de Achoura» [Rapporté par Mouslim].



Après la mort du prophète, un grand chiisme s’est produit au sein de la communauté musulmane, ce qui a causé la scission entre musulmans sunnites et chiites. Ceci est l’origine des différences dans la célébration d’Achoura. Pour les musulmans chiites, cette journée a pris un nouveau sens après la mort de Houssayn Ibnou Ali, petit-fils de Mohammed et troisième imam chiite. Il s’agit d’un jour de deuil commémorant la bataille de Karbalaa en Irak, qui a eu lieu en l’an 680 de l’ère chrétienne. Ainsi, pour ce courant, l’Achoura est une journée de pèlerinage, pour ceux qui le peuvent, dans un sanctuaire de Karbalaa, le Machhad Al-Houssayn, où se trouve la tombe de Houssayn Ibnou Ali. Les musulmans chiites portent des vêtements de deuil et évitent toutes sources de plaisir (interdiction de programmer un mariage ou une quelconque fête pendant cette journée).



Pour les sunnites, c’est un jour de joie et de célébration qui contraste vivement avec l’Achoura chiite. Les sunnites célèbrent la victoire d’Allah contre les Égyptiens. À cause de leur rivalité historique, il est courant que ce jour-là, et particulièrement dans les pays comptant de fortes communautés chiites et sunnites, des violences éclatent lors de ces célébrations.



 



Achoura à l’ère de la Covid-19



Au Maroc, les familles se rassemblent pour prendre des repas spéciaux et offrent une zakat (le dixième de leur revenu annuel) aux pauvres. Dans les rues, les feux de joie et les feux d’artifice sont d’autres moyens dépeignant ces festivités. Les magasins de toutes tailles offrent de nouvelles marchandises lors de la célébration d’Achoura. Les jouets et les tambours Taarija sont étalés partout dans les souks et certaines grandes surfaces marocaines. Les enfants descendent dans la rue pour célébrer la fête. La plupart d’entre eux attendent avec impatience le grand jour de ZamZam, tirant son nom de la fameuse source de La Mecque (les enfants sont libres de s’asperger les uns les autres avec de l’eau). Ils attendent surtout la présence de Baba Aïchour. Ce personnage, qui joue le rôle du père Noël des Marocains, est sorti d’une vieille légende populaire.



Cette fête est particulièrement appréciée par les enfants qui reçoivent de nombreux jouets. En cette période, le business des jouets bat tous les records. En effet, c’est la période où les marchands de jouets engrangent la plus grande part de leur chiffre d’affaires annuel. Toutefois, cette fête se caractérise cette année par un faible engouement pour les marchés de jouets en raison notamment de la hausse des prix, rapporte Maroc Diplomatique. «Depuis l’avènement de la pandémie de la covid-19, l’ambiance de cette fête religieuse qui permet de faire revivre des traditions marocaines ancestrales, n’est plus la même, étant donné que les rituels d’auparavant sont interdits dans le cadre des mesures préventives», explique le journal.



Lors de la célébration de cette fête l’année dernière, qui a lieu alors que le Maroc faisait face à une hausse des cas d’infections au coronavirus, des dizaines de jeunes avaient célébré Achoura par un grand rassemblement avec des pneus brûlés sur les places publiques. Des affrontements avaient eu lieu entre des adolescents et les forces de l’ordre dans les villes de Casablanca, Rabat et Marrakech. Près de 160 individus, dont des mineurs, ont été interpellés lors des célébrations de la fête d’Achoura pour implication présumée dans des actes de vandalisme et de résistance aux forces publiques. Cette année, afin d’éviter que cela ne se reproduise pas, les citoyens sont appelés à commémorer cette fête tout en respectant les mesures sanitaires.



 



Achoura et pétards



Chaque année, c’est le même scénario. À l’approche de la fête de Achoura, pétards de tous genres et feux d’artifice inondent le marché. Ces produits, dont les dangers ne sont un mystère pour personne, sont de nature à gâcher la fête. Ces artifices sont d’ailleurs réglementés par la loi n° 22-16 portant sur la réglementation des produits explosifs à usage civil, des artifices destinés au divertissement et des matériels contenant des substances pyrotechniques, publiée au bulletin officiel le 26 juin 2018. Ladite loi stipule que les personnes impliquées dans l’importation ou la fabrication clandestine de matériaux pyrotechniques, ou en possession de produits explosifs ou de feux d’artifice, sans y être légalement habilitées, peuvent être condamnées à une peine de deux à cinq ans de prison ainsi qu’à une amende variant de 50.000 et 500.000 de DH. Cependant, l’application de ce texte dépend de la publication de décrets, qui n’ont pas encore vu le jour. Ainsi, même avec les dispositions de l’état d’urgence sanitaire, ces produits sont toujours disponibles dans les villes du Royaume.



La Direction générale de la Sûreté nationale (DGSN) lutte contre le dangereux emploi des artifices de divertissement. Dans un communiqué, les autorités ont annoncé qu’une patrouille de police avait interpellé l’un des mis en cause, un mineur âgé de 17 ans, en flagrant délit de possession et de vente de pétards de contrebande. Le père du suspect, qui exerce dans la police, son frère aîné, ainsi que plusieurs de ses connaissances sont intervenus pour entraver les procédures d’interpellation, en refusant d’obtempérer et en résistant aux agents de sécurité. Ainsi, le policier mis en cause, un officier de paix principal, et le frère majeur du prévenu, ont été placés en garde à vue, tandis que le mineur a été placé sous contrôle à la disposition de l’enquête judiciaire menée sous la supervision du parquet compétent, pour élucider les circonstances de cette affaire et interpeller toutes les personnes impliquées, ajoute le communiqué. En attendant la fin de l’enquête en vue de prendre les mesures administratives nécessaires, la DGSN a décidé de suspendre provisoirement l’officier, conclut la même source.



Recommandé pour vous

Dialogue social : les attentes du deuxième round

Temps de lecture : 5 minutes

Le 2ᵉ round du dialogue social a démarré ce 14 septembre. Aziz Akhannouch, chef du gouvernemen…

Pénurie de médicaments : état des lieux, causes et solutions

Temps de lecture : 5 minutes

Le ministère de la Santé et de la Protection sociale se mobilise pour faire face aux ruptures …

CESE : plus de 81% des Marocains en faveur du télétravail

Temps de lecture : 5 minutes

C’est un sondage qui met en exergue la perception et les avis des c…

CNSS : les détails des nouvelles mesures prises par le conseil d’administration

Temps de lecture : 4 minutes

La généralisation de la protection sociale est un chantier important et un défi de taille pour…

IDH 2021 : le Maroc 123e sur 191 pays

Temps de lecture : 5 minutes

Le rapport sur le développement humain 2022 du Programme des Nations Unies pour le développeme…

Pollution de l’air et santé : il est temps d’agir !

Temps de lecture : 3 minutes

Depuis novembre 2019, l’Organisation des Nations unies (ONU) a décidé que le 7 septembre de ch…

Alerte sur la santé mentale des futurs médecins

Temps de lecture : 5 minutes

Le drame s’est produit il y a quelques jours. Yassine Rachid était un jeune médecin interne en…

Pénurie d’eau : les ultimes mesures

Temps de lecture : 5 minutes

Après les différentes régies autonomes de distribution d’eau dans les différentes provinces, c…

Démarrage de l’année de formation professionnelle 2022-2023

Temps de lecture : 5 minutes

Dans un contexte de mutations rapides, la formation professionnelle constitue un pilier de la …

Éducation nationale : l’élève et l’enseignant sont la priorité du gouvernement

Temps de lecture : 4 minutes

Le gouvernement actuel veille à garantir la qualité et l’efficacité de l’offre scolaire pour u…

L’intégration des NEET au marché professionnel est un défi de taille

Temps de lecture : 4 minutes

La jeunesse représente la catégorie la plus productive de la société. Les pays qui promeuvent …

Covid-19 : de nouveaux variants pourraient apparaitre

Temps de lecture : 4 minutes

Le coronavirus est toujours parmi nous. Depuis 2019, il s’est propagé à une vitesse vertigineu…