Des moutons de l'Aïd Al-Adha © L'Internaute

Temps de lecture : 5 minutes


Comment s’organise l’Aïd Al-Adha au Maroc ?

Temps de lecture : 5 minutes

Catégorie Société , Gros plan

Temps de lecture : 5 minutes

La célébration de l’Aïd Al-Adha, Aïd El-Kébir, qui est la plus grande fête de l’année pour les musulmans, a lieu ce mercredi 21 juillet 2021. L’occasion pour les musulmans de commémorer la soumission d’Ibrahim à Dieu en sacrifiant un mouton ou un agneau. Des croyants du monde entier célèbrent ce jour de sacrifice, mais que commémorent-ils ? Et comment cette fête se déroule-t-elle au Maroc ?

Temps de lecture : 5 minutes

L’Aïd El-Kébir ou Aïd Al-Adha, qui signifie « fête du sacrifice » ou « grande fête » en arabe, est l’un des évènements les plus importants du calendrier musulman. En 2021, les célébrations ont débuté ces mardi 20 et mercredi 21 juillet. Cette fête correspond au dernier jour du pèlerinage aux lieux saints de l’islam.



Cette célébration est plus communément fêtée en un seul jour, mais rien n’empêche les familles de prolonger les célébrations jusqu’au deuxième ou troisième jour après l’Aïd. Cette période de fête qui a lieu au cours du dernier mois du calendrier islamique est la plus importante des fêtes musulmanes. Ce jour de sacrifice commémore la force de la foi d’Ibrahim en Dieu, symbolisée par l’épisode où il accepte de sacrifier, sur ordre d’Allah, son fils Ismaïl. L’ange Jibril est intervenu et a remplacé l’enfant par un bélier. L’ange lui explique alors que Dieu voulait tester sa foi et lui offre ce bélier pour qu’il l’égorge et le partage avec sa famille.



Ainsi, cette fête constitue un jour de célébration dans la tradition musulmane pendant laquelle il est fortement recommandé de multiplier les aumônes et les cadeaux. Les musulmans gardent un tiers du mouton pour eux-mêmes, offrent un tiers aux amis et voisins et le dernier tiers en aumône pour les nécessiteux. D’ailleurs, celui qui n’a pas les moyens n’est pas obligé d’acheter un mouton.



Pendant ce jour sacré, l’immolation au moment approprié vaut mieux que l’offre en aumône du prix de l’animal à sacrifier puisque l’effusion de sang constitue un acte de rapprochement d’Allah, comme on le voit dans ces propos du Très Haut : «accomplis la prière pour ton Seigneur et sacrifie pour lui».



 



Les festivités et traditions au Maroc



Au Maroc comme dans le reste du monde arabe, la journée de l’Aïd Al-Adha doit commencer par une prière spéciale. Les pratiquants sont habituellement conviés dans les mosquées au matin pour venir prier. Cette phase de prières solennelles doit commencer tôt, à 8h30 ou 9h. Cette année, suite à la dégradation de la situation sanitaire et en raison de la difficulté d’assurer les conditions de distanciation, le ministère des Habous et des Affaires islamiques a annoncé avoir décidé de ne pas organiser la prière de Aïd Al-Adha, que ce soit dans les mossalas ou dans les mosquées.



Ensuite, le sacrifice de la bête tuée peut avoir lieu. Si l’animal est tué avant la prière, il ne sera pas considéré comme un sacrifice. L’abattage doit s’effectuer après la grande prière dans le strict respect des règles sanitaires en vigueur ainsi que des principes religieux qui le régissent. Une fois le mouton dépecé, vidé de son sang et découpé, on peut le consommer. Le Coran indique : «mangez-en vous-mêmes et faites en manger le besogneux misérable». La tradition veut que les Marocains mangent le « Boulfaf », une grillade de foie du mouton enveloppé dans de la crépine délicatement retirée des entrailles du mouton, au déjeuner. Cette tradition donne un cachet spécial à la fête de l’Aïd. Afin d’honorer leurs parents et se retrouver en famille, les fils mariés, habitant loin de leurs parents, apportent le foie à la grande maison parentale. Dans les familles nombreuses, d’autres morceaux de viande sont aussi ajoutés dans la préparation de la sauce aux légumes de saison, du pois chiche, des courgettes et la pomme de terre.



Comme il s’agit d’une occasion spéciale, tout le monde porte des vêtements neufs. Les gens passent la journée avec leur famille et leurs amis, et des cadeaux et des cartes sont échangés. Les femmes et les jeunes filles se décorent souvent les mains avec du henné. Pour le diner, si les recettes varient en fonction des régions, le plat principal reste le mouton cuisiné accompagné de couscous.



 



L’Aïd Al-Adha est une fête marquée par des rassemblements sociaux. Toutefois, ce n’est pas pour autant que les Marocains doivent se relâcher à l’égard de la Covid-19 ! Ainsi et dans le contexte de l’aggravation de la situation sanitaire, les citoyens doivent respecter de la manière la plus stricte les règles de sécurité sanitaire. L’objectif est d’éviter la propagation du virus sur le territoire. Parmi les consignes à respecter : ne voyager qu’en cas de nécessité, éviter les mouvements de foule ou encore porter un masque et maintenir une distance physique de sécurité suffisante.



Recommandé pour vous

Étudiants marocains d’Ukraine : l’inquiétude monte à l’approche de la rentrée universitaire

Temps de lecture : 4 minutes

Dès le début de l’offensive russe, le Maroc s’est mobilisé pour faciliter le retour des étudi…

Hécatombe routière : la série noire se poursuit

Temps de lecture : 5 minutes

Vingt-cinq personnes ont perdu la vie et 36 autres ont été blessées dans l’accident d’autocar…