Aïd Al-Adha : ce que vous devez savoir

Temps de lecture : 4 minutes


Aïd Al-Adha 2021 : ce que vous devez savoir

Temps de lecture : 4 minutes

Catégorie Société , Gros plan

Temps de lecture : 4 minutes

Le ministère des Habous et des Affaires islamiques a annoncé que Aïd Al-Adha aura lieu le mercredi 21 juillet. Quelques jours avant cette fête religieuse, 5,8 millions de têtes d’ovins et de caprins ont été identifiées par la Fédération interprofessionnelle des viandes rouges (FIVIAR) et l’Association nationale ovine et caprine (ANOC). En raison des effets de la pandémie de la Covid-19, les éleveurs soulignent que le prix de vente des moutons est fixé à 50 DH/kg, mais qu’une hausse moyenne de 500 DH par mouton pourrait être appliquée. L’Ordre national des vétérinaires (ONV) a pour sa part mobilisé des milliers de vétérinaires pour assurer le maintien de la bonne santé des bêtes. Pour le moment, aucune annonce officielle n’a été faite au sujet de la limitation ou de l’annulation des déplacements inter-villes et la prière de l’Aïd dans les mossalas et les mosquées.

Temps de lecture : 4 minutes

Plus que quelques jours avant Aïd Al-Adha. Selon le ministère des Habous et des Affaires islamiques, la fête religieuse aura lieu le mercredi 21 juillet cette année, alors que l’Arabie saoudite et d’autres pays musulmans la célébreront la veille. Pour le moment, 5,8 millions de têtes d’ovins et de caprins ont été identifiées pour ce Aïd par la Fédération interprofessionnelle des viandes rouges (FIVIAR) et l’Association nationale ovine et caprine (ANOC). De plus, l’Office national de sécurité sanitaire des produits alimentaires (ONSSA) a assuré que la santé du cheptel national est satisfaisante. Selon un communiqué de l’ONSSA, il est plus sûr d’acheter les bêtes identifiées, notamment celles qui portent sur l’une de leurs oreilles une boucle jaune affichant un numéro de série unique ainsi que la mention « عيد الأضحى » et un logo portant « la tête d’un mouton ». 



L’opération d’identification se poursuit encore au Maroc, explique la même source, notant que ses services vétérinaires ont enregistré à ce jour plus de 240.000 unités d’engraissement d’ovins et caprins. Ils ont collecté aussi 660 échantillons de viande et 359 d’aliments pour animaux, afin de les analyser. L’Office précise également qu’il a procédé au contrôle de l’eau d’abreuvement et la circulation des fientes, conditionné par l’obtention d’un laissez-passer auprès de ses services vétérinaires afin de suivre leur traçabilité.



 



Importante mobilisation de l’ONV



À l’instar des années précédentes, l’Ordre national des vétérinaires (ONV), ainsi que l’ensemble de ses composantes publique et privée, a œuvré pour garantir le bon déroulement de cette fête religieuse. Ainsi, plus de 1.200 vétérinaires du secteur privé et 500 du secteur public ont été mobilisés pour assurer le maintien de la bonne santé des moutons, indique l’ONV dans un communiqué. Ces derniers mèneront des contrôles sanitaires et qualitatifs quotidiens au niveau des différents abattoirs du Royaume et ils assureront «la permanence instaurée par les services vétérinaires lors des journées de l’Aïd afin de répondre aux appels des citoyens et à leurs interrogations». L’OVN exhorte aussi les Marocains à adhérer au dispositif sanitaire en place pour l’achat et le sacrifice des bêtes, notamment en termes de découpe de la carcasse et de la conservation des viandes.



 



Hausse des prix en raison des effets de la Covid-19



Concernant les prix de vente des moutons, une hausse est prévue en raison des répercussions économiques de la Covid-19. En effet, la crise sanitaire a fortement impacté les éleveurs, qui n’ont pas pu faire beaucoup de ventes depuis l’année dernière suite aux interdictions de déplacements entre les villes et l’annulation des événements (mariages, baptêmes…). Ces derniers indiquent ainsi que bien que le prix de vente ait été fixé à 50 DH/kg, une hausse moyenne de 500 DH par mouton pourrait être appliquée selon la race et les régions. Les éleveurs expliquent que le marché n’a toujours pas retrouvé sa stabilité, surtout que les conditions climatiques du pays, notamment la sécheresse de l’année dernière, aggravent la situation et ne permettent pas d’améliorer la qualité et la quantité de l’offre.




Lire aussi : Aïd Al-Adha : hausse des prix des moutons et durcissement du contrôle sanitaire




 



Hébergement et abattage



De son côté, la société Casablanca prestations a annoncé à l’occasion de Aïd Al-Adha la mise à disposition des services d’hébergement et d’abattage du cheptel aux abattoirs de la métropole, situés au boulevard du 10 mars Sidi Othmane. Le prix de l’abattage a été fixé à 240 DH par mouton. L’hébergement des bêtes, qui sera assuré par le Conseil de la ville, aura lieu 48 heures avant le jour de la fête religieuse, et coutera 24 DH par nuit. Ledit Conseil ajoute que toutes les conditions d’hygiène prévues sont conformes aux normes de qualité préconisées par les instances compétentes. La même source souligne aussi que des mesures très strictes seront mises en place pour appliquer le protocole sanitaire en vigueur contre la Covid-19, notant que l’effectif retenu sera limité.



Il est à rappeler que les abattoirs de Casablanca sont agréés par l’ONSSA et sont les premiers et uniques au niveau national à disposer de la double certification, ISO 22000 v2018 et ISO 9001 v2015.



D’autres villes ont adopté le même dispositif que Casablanca.



 



Menace Covid-19



Cette année encore, Aïd Al-Adha intervient alors que les infections à la Covid-19 affichent une nouvelle hausse. Pour le moment, aucune annonce officielle n’a été faite au sujet des déplacements entre les villes. Il faut s’attendre à une sortie à ce sujet dans les prochains jours, idéalement avant le dimanche 18 juillet pour éviter le drame de l’année dernière. Rappelons que la gare routière d’Ouled Ziane à Casablanca, considérée comme l’un des sites les plus favorables à l’exposition et l’expansion du virus, a rouvert ses portes le lundi 5 juillet.



Par ailleurs, les autorités publiques ont décidé de renforcer les missions de contrôles pour sensibiliser la population quant à l’importance du respect des mesures de prévention sanitaire. Des campagnes de surveillance ont été lancées dans ce sens afin de vérifier que les citoyens portent correctement leurs masques, sous peine de devoir s’acquitter d’une amende de 300 DH. Des opérations de contrôles ont également concerné les cafés et les restaurants, où les autorités vérifient si la distanciation sociale et la limite du nombre de clients sont respectées.



Enfin, il reste également à voir si le gouvernement autorisera la prière de Aïd Al-Adha cette année malgré la nouvelle augmentation du nombre de contaminations. L’année dernière, le Maroc n’a pas autorisé cette prière et toutes les mossalas et mosquées ont été fermées dans le cadre de mesures strictes de verrouillage.



Recommandé pour vous

ENCG Casablanca : la grogne des enseignants contre la direction

Temps de lecture : 3 minutes

Les professeurs de l’École nationale de commerce et de gestion de Casablanca (ENCGC) ont annoncé qu’un sit-in sera organisé devant la directio…

INDH : l’inclusion des jeunes est une priorité

Temps de lecture : 5 minutes

L’Initiative nationale pour le développement humain (INDH) fête ce 18 mai son 17e anniversaire. Cette occasion est célébrée sous le thème « la…

Covid-19 : entre allègement des restrictions et hausse des cas

Temps de lecture : 3 minutes

Après plusieurs semaines d’accalmie, les indicateurs épidémiologiques ont repris une tendance ascendante ces derniers jours. Même après la lev…

Comment le Maroc est devenu une référence dans la lutte contre le terrorisme ?

Temps de lecture : 3 minutes

Depuis les attentats terroristes de Casablanca du 16 mai 2003, le Maroc, conformément à la vision du roi Mohammed VI, a mis en place une strat…

Situation des droits de l’Homme au Maroc : ce qu’il faut retenir du rapport du CNDH

Temps de lecture : 3 minutes

Il s’agit d’un rapport d’environ 300 pages et dont les principaux points ont été présentés vendredi par la présidence du Conseil, Amina Bouaya…

DGSN : 66 ans de dévouement au service du citoyen et de la patrie

Temps de lecture : 5 minutes

Le Maroc célèbre ce lundi le 66e anniversaire de la Direction générale de la sûreté nationale (DGSN). Créée en 1956, cette institution adopte …

Journée internationale des infirmiers : retour sur les difficultés de ce métier

Temps de lecture : 5 minutes

La pandémie de la Covid-19 a rappelé l’importance de toutes les composantes du système sanitaire. Médecins, infirmiers, techniciens et adminis…

Santé : la jeunesse au cœur des politiques publiques

Temps de lecture : 3 minutes

Le ministre de la Santé et de la Protection sociale, Khaled Aït Taleb, a indiqué que l’investissement dans la santé des jeunes et des moins je…

Les futurs médecins face à une situation sociale difficile

Temps de lecture : 3 minutes

La Commission nationale des étudiants en médecine, en médecine dentaire et en pharmacie du Maroc (CNEMEP) a livré les conclusions d’une enquêt…

Gouvernement vs Contractuels : les solutions proposées par Chakib Benmoussa

Temps de lecture : 3 minutes

Pour cette année scolaire, les jours de grèves des enseignants contractuels ont dépassé les 50 jours. Au cours des derniers mois, des grèves é…

Nouveau CHU Ibn Sina : une structure sanitaire de référence

Temps de lecture : 5 minutes

La réalisation du nouvel hôpital Ibn Sina de Rabat, dont les travaux de construction ont été lancés jeudi par le roi Mohammed VI, s’inscrit da…

Crise hydrique : exacerbation de la pénurie d’eau au Maroc

Temps de lecture : 4 minutes

54 est le nombre de villes et villages au Maroc touchés par les perturbations d’approvisionnement en eau potable. En mars, le ministre de l’Éq…