Aller au contenu principal

DGSN : baisse des affaires liées aux violences faites aux femmes en 2020

Les affaires liées aux violences faites aux femmes ont baissé de 11% en 2020, selon la Direction générale de la sûreté nationale (DGSN). C’est Zaitouni Alhayel, directeur de la sécurité publique à la DGSN, qui a avancé ce chiffre lors d’une journée de sensibilisation organisée le mercredi 9 juin sous le thème "les défis et enjeux de la prise en charge des femmes et des filles victimes de violence". Il a précisé que la lutte contre ce fléau constitue un grand chantier dans les stratégies d’action de la DGSN. Le responsable a également rappelé la mise en place fin 2020 d’un formulaire standard pour la collecte de données sur les Marocaines victimes de violence, visant à évaluer l’ampleur et l’étendue de ce phénomène au Maroc.

Par Nora Jaafar, Publié le 10/06/2021 à 14:19, mis à jour le 10/06/2021 à 17:34          Temps de lecture 4 min.
Teaser Media
DGSN : baisse des affaires liées aux violences faites aux femmes en 2020

La lutte contre la violence à l’égard des femmes et des filles au Maroc est l’un des plus grands chantiers de la Direction générale de la sûreté nationale (DGSN). C’est en tout cas ce qu’a affirmé Zaitouni Alhayel, directeur de la sécurité publique à la DGSN, lors d’une journée de sensibilisation organisée le mercredi 9 juin sous le thème "les défis et enjeux de la prise en charge des femmes et des filles victimes de violence". Le responsable a expliqué que les données collectées par les services de la DGSN indiquent que les affaires liées à la violence faite aux femmes ont reculé de 11% en 2020 en comparaison avec l’année précédente.

En dépit de cette baisse, le nombre de dossiers liés à ce fléau reste très important. Il ressort des chiffres de la DGSN que 50.844 affaires concernant 47.033 victimes ont été recensées en 2020, dont 9% concernent des mineures. 94% de ces dossiers (44.212) ont été résolus au cours de cette même année et 15.806 suspects ont été traduits devant la justice. En 2019, la sûreté nationale avait enregistré 57.255 plaintes portant sur des violences subies par 58.142 femmes et filles dans le pays, dont 8% de mineures. Au cours de cette même année, 54.965 affaires ont été traitées (96% d’affaires résolues) et 19.664 suspects ont été jugés pour leur implication dans ces violences.

De plus, Zaitouni Alhayel a précisé que 44% de ces affaires sont liées à des actes de violences physiques, tandis que 26% concernent des violences économiques, 20% des violences psychologiques, 9% des violences à caractère sexuel et 1% des violences commises par des moyens de la technologie moderne.

Lire aussi : Violences à l’égard des femmes : le Maroc s'active à l'ONU

La lutte contre la violence à l’égard des femmes, un grand chantier pour la DGSN

Lors de son intervention de ce mercredi, le directeur de la sécurité publique à la DGSN a indiqué que la violence faite aux femmes porte atteinte aux acquis accumulés par le Maroc dans le domaine des droits de l’Homme. Ainsi, conformément aux orientations royales, la lutte contre ce fléau représente un important chantier dans les stratégies d’action des services de la sûreté nationale. Consciente des graves problèmes sociaux, psychologiques et éducatifs engendrés par ce phénomène, la DGSN œuvre activement afin d’élaborer les politiques publiques nécessaires pour protéger la gent féminine marocaine.

D’ailleurs, c’est dans ce sens que la loi 103.13 relative aux violences faites aux femmes modifiant et complétant le Code pénal et le Code de procédure pénale a été adoptée en 2019. Cette dernière a apporté de nouvelles incriminations, dont le mariage forcé ou le harcèlement sexuel, ainsi que de nouvelles procédures pénales. Ce texte de loi concerne aussi la création de services d’accueil et d’écoute au profit de femmes victimes de violence, ainsi que la mise en place de mécanismes centraux et territoriaux de coordination intersectorielle, rappelle Alhayel.

Lire aussi : Violences à l’égard des femmes : les chiffres choquants du HCP

Un formulaire de collecte de données

Toujours dans le cadre de la lutte contre cette forme de brutalité, la DGSN a lancé depuis le 24 décembre 2020 un formulaire standard pour la collecte de données sur les femmes et les filles victimes de violence. L’objectif de cette démarche est d’évaluer l’étendue et l’ampleur de ce fléau dans le pays, mais aussi de soutenir et d’assister les victimes à travers des dispositifs de prévention visant à défendre leur liberté et leurs droits fondamentaux.

Lire aussi : Les violences faites aux femmes aggravées par la crise sanitaire

Enfin, durant cette journée de sensibilisation plusieurs intervenants ont loué les efforts de toutes les composantes de la Commission nationale pour la prise en charge des femmes victimes de violence, qui ont permis de mettre en œuvre les stratégies et les programmes de lutte contre les violences à l’encontre des Marocaines préétablies par les autorités compétentes.

Marhaba : première traversée Sète-Tanger Med

Ce mercredi soir, un bateau a quitté le port de Sète dans le sud-est de la France dans le cadre de l’opération Marhaba 2021, lancée suite aux instructions royales concernant l’accueil des Marocains ré...

RAM : lancement imminent de vols additionnels en provenance de huit villes européennes

Dans un message publié ce jeudi 17 juin sur son compte Twitter, la compagnie aérienne nationale Royal Air Maroc (RAM) a annoncé «le lancement imminent de vols additionnels» en provenance de huit ville...

Le #JusticeForYounes dénonce le meurtre brutal d’un Marocain en Espagne

Après le meurtre xénophobe de l’immigré marocain Younes Blal à Murcie, au sud-est de l’Espagne, plusieurs militants et activistes des droits de l’Homme ont exigé que justice soit faite pour honorer sa...

La justice explique les raisons derrière le retard dans le procès de Raissouni

Le procès du journaliste marocain en détention, Soulaïman Raissouni, en grève de la faim depuis 71 jours, a repris le mardi 15 juin. Cette séance a été tenue en son absence, le prévenu se disant «dans...

Qu’est-ce que la maladie du “champignon noir” ?

En Inde, la population s’est remise de la Covid-19 pour mourir du "champignon noir". Au début du mois de mai 2021, des médecins indiens ont commencé à tirer la sonnette d’alarme face à l’augmentation ...

Le sexisme dans les jeux vidéos

Le sexisme dans les jeux vidéos est omniprésent. Ce phénomène est constaté tant dans les jeux eux-mêmes que dans les interactions entre joueurs. Insulte, drague, voire menaces de viol, polluent le quo...