Aller au contenu principal

El Mundo accuse des fonctionnaires marocains de détournement d'argent

Par Nora Jaafar, Publié le 13/06/2019 à 12:03, mis à jour le 30/12/2019 à 20:25
Teaser Media

El Mundo a dévoilé les détails d'une enquête, sur une affaire devant la justice espagnole, où des fonctionnaires marocains sont accusés d'avoir transféré sur leurs comptes bancaires des fonds octroyés par le Maroc pour lutter contre l'extrémisme en Europe.

 

Le journal espagnol a indiqué dans un article, partiellement traduit par Arabi21, que le tribunal Egovalda de Barcelone a enquêté sur l'affaire du transfert de fonds de la Direction générale des études et de la documentation (DGED) sur les comptes personnels des fonctionnaires marocains.

 

Selon le journal, "les services de sécurité marocains ont transféré de l'argent à des fonctionnaires marocains situés en Espagne pour récompenser les informateurs qui leur communiquent des renseignements.  Cependant, les fonctionnaires marocains ont détourné l'argent en transférant les fonds sur les comptes bancaires de leurs épouses."

 

El Mundo a publié des photos et les noms des épouses des fonctionnaires, qui ont reçu les fonds en question, reprenant leurs déclarations devant la justice espagnole pour justifier les montants importants transférés sur leurs comptes.

 

Le journal a cité un fonctionnaire espagnol proche de l'enquête en cours, selon lequel "les fonds envoyés par la DGED ont été déposés sur le compte d'une agence de voyages appartenant à trois épouses de fonctionnaires marocains, puis transférés sur un autre compte, situé à Rabat et dont le propriétaire est un agent de voyages marocain".

 

El Mundo a également évoqué les propos du responsable d'une des associations interrogées dans le cadre de l'enquête : "Les fonctionnaires marocains jouissent d'un mode de vie extrêmement sophistiqué en Espagne grâce aux fonds que Rabat envoie pour combattre l'extrémisme en Europe."

 

Le quotidien a également révélé le témoignage de l'épouse de l'un des fonctionnaires marocains devant le tribunal espagnol, au cours duquel "elle a présenté des documents dans le but de vérifier ses sources de revenus. Par conséquent, les documents indiquent que la suspecte donnait une leçon d'arabe le 31 février, un jour qui n'existe pas dans le calendrier annuel". Le juge a maintenu l'accusation d'avoir fourni à la cour de fausses pièces contre la prévenue.

Banque mondiale : Doing Business arrêté définitivement

Ce jeudi 16 septembre, la Banque mondiale (BM) a annoncé l'arrêt de la publication du rapport Doing Business. «Après avoir examiné toutes les informations disponibles à ce jour sur le rapport Doing Bu...

ONDA : plus de 3 millions de passagers internationaux cet été

Ce jeudi 16 septembre, l’Office national des aéroports (ONDA) a publié son bilan du trafic aérien commercial pour la période du 15 juin au 31 août 2021. Selon ces statistiques, les aéroports du Maroc ...

Futur gouvernement : les attentes des opérateurs économiques

La majorité des composantes du tissu économique marocain se sont réjouis des résultats des élection...

Le soutien public aux associations dépasse 3,6 MMDH en 2018

Le ministère d’État chargé des droits de l’Homme et des relations avec le Parlement vient de publier son rapport annuel sur le partenariat entre l’État et les associations pour l’année 2018. Selon ce ...

Air France-KLM Afrique du Nord-Sahel : un nouveau DG au Maroc

Le 1er septembre, Nicolas Fouquet a été nommé directeur général d’Air France-KLM pour la région Afrique du Nord-Sahel. Cette région, dont le bureau est basé à Casablanca, regroupe sept pays, à savoir ...

Maroc : les chantiers qui attendent le nouveau gouvernement

Après l’euphorie de la victoire, le nouveau gouvernement dirigé par Aziz Akhannouch devra s’atteler...

lebief.ma - banniere-covid