Aller au contenu principal

Premier rendez-vous trimestriel des entrepreneurs du Maghreb

Par Nora Jaafar, Publié le 20/03/2021 à 21:32, mis à jour le 20/03/2021 à 21:41          Temps de lecture 13 min.
Teaser Media
Premier rendez-vous trimestriel des entrepreneurs du Maghreb

Le mercredi 17 mars 2021, trois associations patronales de l’Afrique du Nord, à savoir la Confédération générale des entreprises du Maroc (CGEM), l’Union tunisienne de l’industrie, du commerce et de l’artisanat (UTICA) et la Confédération des industriels et producteurs algériens (CIPA), se sont réunies pour faire un pas de côté face au mur dressé depuis plus de 25 ans par les institutions. Selon le communiqué de presse publié à l’issue de cette rencontre, c’est grâce aux trois think tank les plus actifs de la région en termes d’intégration régionale (CARE (Algérie), ICEM (Maroc) et le MEF (Tunisie)) ainsi qu’à l’appui du groupe de recherche en géopolitique et géoéconomie de l’ESCA que ce rendez-vous trimestriel a pu avoir lieu. Ce dernier a ainsi permis «de poser les bases d’un rapprochement économique dans un contexte marqué par la menace de la pandémie de la Covid-19 et par l’opportunité d’un marché régional, voire continental, avec la Zone de libre-échange continentale africaine (ZLECAf)».
 
Cette réunion, qui s’est déroulée par visioconférence, vise à offrir une plate-forme de dialogue qui rassemble au bout de chaque trimestre les représentants de grands patronats de la région et les personnes influentes pour «une approche bottom up visant à porter des propositions pragmatiques pour accélérer l’intégration». Pour Moulay Hicham Guenoun, cofondateur ICEM et Pdt de We Speak Citizen, il est impératif d’ouvrir le «dialogue pour favoriser un réseautage BtoB qui concernerait aussi le secteur très dynamique de l’Économie sociale et solidaire (ESS)». Zied Jawati, vice-président d’UTICA en Tunisie, estime pour sa part que «la logistique peut être une locomotive pour accélérer la relation de partenariat entre les trois pays du Maghreb ; d’autant plus que chacun des pays bénéficie d’une position stratégique complémentaire»

De son côté Abdou Diop, Pdt de la Commission Afrique CGEM au Maroc, avance que face à la conjoncture exceptionnelle que connait le monde et le Maghreb, ce dernier «a besoin de secteurs de relance à portée régionale comme le tourisme en Afrique de l’Ouest. Le Maghreb dispose d’une vraie complémentarité (agroalimentaire) et de secteurs performants (l’ingénierie, l’énergie verte, hydrogène, pharmaceutique), mais doit s’unir avec une vision, faute de quoi cela ne dépassera pas le stade de potentiel». Et à Adel Bensaci, vice-président de la Confédération des industries et producteurs algériens (CIPA), de préciser que l’industrie des services est aussi un secteur clé qui «ne connait pas de frontières et qui peut s’appuyer sur des solutions innovantes et des plateformes transversales». Une transversalité, poursuit-il, qui se retrouve avec le déploiement de voyages en ligne lancée par la startup Maghreb Expérience qui inclut un package culturel. Le fondateur de ladite startup, Anouar Hachemane, propose en ce sens aux pays de «renforcer leur branding tout en donnant la possibilité aux acteurs locaux de porter leur patrimoine en utilisant les vrais mots».

Le Maghreb est une zone géographique qui se conjugue parfaitement au féminin puisque la région enregistre le plus fort taux de femmes ingénieurs au monde (>46%). D’ailleurs, Leila Doukali, présidente de l’AFEM (Association des femmes chefs d’entreprises du Maroc créée en 2000), souligne que «l’unité économique peut venir des femmes entrepreneurs pour constituer un pôle fort en Afrique».
 
Par ailleurs, les opportunités de la région sont aussi à chercher auprès des marchés européens. Pour cela, Amel Saidane insiste sur la nécessite de sortir «des clichés carte postale avec un branding orienté nouvelles technologies et innovation».

Le communiqué soutient en outre que le Maghreb de l’innovation est incarné par le réseau Maghreb Startup Network. Mehdi Alaoui, country lead Morocco et vice-président de l’APEBI, propose de «réussir là où les politiques ont échoué en créant un marché plus large qui s’appuie sur un réseau de Business Angels et sur un système de paiement simplifié». De plus la même source explique que la crise sanitaire actuelle est l’occasion de valoriser l’opportunité que représente le secteur de la santé. C’est dans ce sens que Miloud Kaddar, expert en économie de la santé et membre du comité exécutif Réseau d’Économie et Systèmes de Santé au Maghreb (RESSMA), assure que «nos systèmes de santé ne sont plus adaptés aux besoins de notre population et du XXIe siècle ; l’ambition maghrébine est dans une stratégie et une vision à long terme pour avoir une vraie capacité sur le plan innovation, recherche, médical… car notre ambition doit aller au-delà que de simples remplissages de tubes».

Enfin, les synergies existent aujourd’hui, mais ont besoin de réalisme, explique Amine Bouhassane, président du Think Tank ICEM (Initiatives pour la Communauté économique du Maghreb), notant qu’«à l’image du sport, il faut transformer l’essai en créant des ateliers de travail qui s’inscrivent dans une stratégie à long terme».

À quoi ressemble la guerre dans une société machiste ?

La guerre civile au Liberia, avec ses 250.000 morts de 1989 à 2003, est l’un des conflits les plus atroces du continent africain. Ce conflit a été marqué par des massacres perpétrés par des combattant...

Algérie : des arrestations avant le scrutin de samedi

L'opposant Karim Tabbou et les journalistes Ihsane El Kadi et Khalid Drareni, ont été interpelés, jeudi, par les services de sécurité algériens, ont annoncé plusieurs organisations de défense des droi...

Mali : la France amorce son désengagement

C'est une annonce qui était attendue : la France va se désengagement progressivement du Mali. Une annonce qui survient alors que le pays a connu un deuxième coup d'État en mois d'un an, qui a crispé l...

Burkina Faso : les terroristes multiplient les attaques meurtrières

Aux premières heures du samedi 5 juin, des terroristes ont tué au moins 160 civils, dont une vingta...

Augmentation de la violence au Nigeria, Twitter toujours suspendu

Jeudi dernier au Nigeria, au moins 88 villageois sont morts dans une attaque perpétrée par un groupe criminel lié à des terroristes. Ces attaques, dont certaines visent des écoliers, se multiplient da...

Nigeria : Twitter suspendu

Le gouvernement nigérian a annoncé vendredi dans un communiqué avoir suspendu les activités de Twitter, deux jours après la suppression par le réseau social d'un tweet du président Muhammadu Buhari. ...